Nous avons pu poser quelques questions à Amélie Rotar, l’une des nouvelles recrues de Pays d’Aix Venelles. Un club qui n’est pas inconnu pour la nouvelle « Rebelle » puisqu’Amélie Rotar a été formée à Venelles.

M.S :Tout d’abord comment ça va Amélie ?


Amélie Rotar : ” Eh bien écoutez, ça va plutôt bien. J’ai la chance d’être auprès de ma famille et d’avoir un terrain de volley et du matériel nécessaire pour continuer mes musculations, donc je ne suis pas à plaindre. Maintenant le retour sur les terrains se fait beaucoup attendre.”

M.S : Comment as-tu vécu cette période de confinement?


A.R ” Comme je l’ai dit ci-dessus, plutôt «bien» hormis le fait que j’ai un goût d’inachevé avec France Avenir 2024, finir dans ces conditions-là après 3 ans de partage ça laisse un goût amer…”

Voir cette publication sur Instagram

Ho omaka hou ;

Une publication partagée par Mé 🃏 Grrrr (@amelie_rotar) le


MS : Parlons sport, justement qu’est-ce-qui t’a amenée au volley ?


A.R ” Le volley est une religion dans la famille. C’était comme une évidence pour moi de poursuivre sur les traces de mes parents. Mon grand-père était président du Chaumont Volley-Ball, mon père était international roumain et a joué en pro à Chaumont. Ma mère a joué en pro B à Nancy et mon petit frère joue au volley et au beach volley.
Je n’ai pas été forcée à faire du volley comme certains peuvent penser au vu du parcours de mes parents. J’ai l’impression d’être née dans ce sport.”


Amélie Rotar qui a récemment signé chez les Rebelles de Venelles, son club formateur, nous explique qu’elle est très attachée à ce club, ses supporters et à ce côté familial : « Quand on jouait (France Avenir 24) contre venelles, je me sentais toujours chez moi dès que je retournais à Venelles » La jeune internationale précise que son choix de rejoindre Venelles repose également sur le fait que le projet sportif l’a beaucoup intéressée.


M.S : Quel bilan tires-tu de ton passage à France Avenir 2024 ?


A.R ” L’IFVB m’a « tout appris », j’y suis rentrée en tant qu’adolescente, j’ai l’impression de sortir en tant qu’adulte. J’ai énormément appris là-bas, au niveau physique, technique et surtout mental. J’ai également fait des rencontres merveilleuses et je sais que je garderai contact pour toujours avec certaines personnes.”


M.S : L’équipe de France A : le retour dans un coin de votre tête ?


A.R ” Évidement j’y pense beaucoup, il devait y avoir un été chargé, ce qui m’aurait permis de beaucoup progresser et d’entrer à Venelles avec de longues semaines de stage dans les pattes. Malheureusement, la crise sanitaire en a décidé autrement. L’équipe de France est mon objectif principal car c’est en étant dans l’effectif que je pourrai espérer être aux Jeux Olympiques de Paris en 2024. J’essaie donc de m’entretenir au mieux pour arriver en forme sur les terrains quand cet épisode sera fini.”

M.S : Quelles sont tes objectifs sur le plan individuel ? Collectif ?


A.R : ” Mes objectifs sur le plan individuel sont dans un premier temps de bien m’intégrer au PAVBB et bien évidemment l’équipe de France avec laquelle j’ai eu la chance de faire un stage d’été l’année dernière, qui m’a beaucoup apporté. J’espère vite remettre les pieds sur les terrains avec l’équipe de France pour encore plus progresser pour les objectifs sur le long terme. Au niveau des objectifs collectifs, j’espère que l’on va gagner beaucoup de matchs avec Venelles et qu’on va créer une bonne cohésion de groupe.”

M.S : Un message pour les jeunes filles qui voudraient pratiquer le volley?

A.R : “A mes yeux le volley est un sport merveilleux à regarder à la télé , et bien sûr à pratiquer. J’invite les jeunes filles à tenter l’aventure.”

Rita BERAL

Photo à Une : Amélie Rotar en compagnie de Muriel Hurtis @Amélie. Rotar

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici