NOS FOCUS

TOUS SPORTS Femix’Sports : « EN AVANT TOUTE ! »

Marie-Françoise Potereau, ancienne sportive de haut niveau et actuelle directrice de l’association Femix’Sports, nous présente l’action de son association liée à la promotion de la mixité dans le sport et celle de la place de la femme tant dans l’accès à la pratique sportive que dans l’accès aux postes à responsabilités.

  • Femix’Sports est une association qui revendique la mixité du sport depuis sa création. Quelle en est son action principale ?  

« L’action principale chez Femix’Sports est d’accompagner les personnes dans leur recherche d’activités sportives en leur recommandant et conseillant des structures en fonction de leurs besoins. 

Personnellement je prône la mixité dans le sport car je sais qu’une femme ne sera jamais l’égal d’un homme physiquement. Étant en charge de la fédération française de cyclisme, nous avons créé pour la première fois une épreuve de course mixte avec 3 garçons et 3 filles.  Mais on n’a pas de course où le garçon et la fille courraient ensemble. » 

  • Aux côtés du Ministère des sports, Femix’Sports travaille sur les leviers d’actions préconisés par le gouvernement. Pouvez-vous nous en dire davantage ? 

« 5 axes sont définis par le ministère. Le premier est « l’accès à la pratique »,autrement dit comment favoriser au travers des clubs et au travers des fédérations l’accès à la pratique pour accueillir davantage de femmes. Il faut absolument imaginer des offres de pratique dans les clubs sportifs, avec des formats de compétitions qui correspondent aux contraintes d’une femme et un encadrement spécifique pour ces dernières.

Le second module est consacré à l’accompagnement des femmes aux postes à responsabilité. Depuis 4 ans, nous développons des modules de formations et d’accompagnement à la prise de responsabilité lors de modules dans le milieu sportif.  Il peut s’agir de postes allant du club jusqu’à la fédération. On compte 12% de femmes seulement dans les instances dirigeantes, ce qui reste très faible : voilà pourquoi notre mission est d’augmenter ces quotas de façon à ce qu’il y ait plus de femmes assignées des postes à haute responsabilité. L’objectif est d’apprendre à ces femmes à oser prendre la parole en public, à s’affirmer davantage et à avoir confiance en elles.

Le prochain secteur est « l’arbitrage au féminin », à savoir comment faire en sorte qu’il y ait plus de femmes dans le corps arbitral.  Aujourd’hui trop peu de femmes sont présentes dans les instances d’arbitrage.

La médiatisation du sport féminin est l’un des piliers de notre action, car sans cette médiatisation du sport féminin, nous ne pouvons pas initier et inciter des jeunes filles à la pratique du sport. Nous avons besoin de modèles de réussite féminin, dans les journaux, et dans les médias. C’est pour cela que depuis 5 ans, avec le conseil supérieur de l’audiovisuel, nous organisons des actions le premier week-end du mois de février, sur ce qu’on appelle : « le week-end de la médiatisation du sport féminin ». Le principe consiste à ce que toutes les chaines de Télévision retransmettent du sport féminin, en montrant des modèles de femmes dans le sport qui ont réussi. Grâce à cet événement, nous sommes passés de 7% à 18% de retransmission télévisée du sport féminin, en cinq ans.

Et pour finir le dernier axe, très important, est l’accompagnement liés aux violences faites aux femmes dans le sport,avec la mise en place d’évènements tels que « La Nuit des relais », en collaboration avec la fondation des femmes pour lever des fonds et continuer de lutter contre les violences faites aux femmes. »

  • Vous travaillez également dans le cadre du service civique, pouvez-vous nous expliquer à quelles occasions ? 

« Le service civique permet à nos jeunes, pendant leurs cursus, d’être placés au cœur de fédérations sportives (entre 6 à 8 mois) pour devenir accompagnateur dans l’aide et la mise en place de projets sportifs.  C’est une validation que l’on propose depuis 5 ans, en partenariat avec « La française des jeux » et le service civique. C’est avec ce procédé que de nombreuses structures ont récupéré ces mêmes jeunes fraichement diplômés, pour pérenniser ce qu’ils avaient entamé ensemble»

  • Vous comptez au sein de votre association 150 adhérentes. Pouvez-vous nous expliquer quels sont les critères pour pouvoir être adhérent au sein de l’association ? Est-ce ouvert à tout le monde ?

« C’est ouvert à tout le monde dans la mesure où ces personnes ont envie de partager la thématique de cette mixité dans le sport, avec la mise en avant du sport féminin. Il n’y aucune restriction quant au sexe ou à l’âge. Nous sommes même ouvert à l’handisport ! »

  • Sentez-vous, après 20 ans d’existence, une évolution des mentalités quant à la place de la femme dans le monde du sport ?  

« Nous sommes dans le trop peu ou le pas assez ! Autrement dit, cela fait 20 ans que l’on mène des actions et qu’on aurait pu faire beaucoup mieux que ce qui a été fait. Et surtout parce qu’il reste encore beaucoup de choses à faire malgré une politique publique qui devient de plus en plus forte avec dernièrement le Grenelle des violences faites aux femmes. Cependant malgré les textes et les lois qui font avancer les choses, il ne faut rien lâcher car rien n’est acquis.» 

  • Quelle serait la devise de Femix’Sports ?

« EN AVANT TOUTE ! » 

  • Quels sont les événements majeurs à venir pour l’association Femix’Sports ?

« Parmi les prochains évènements, il y aura Paris 2024, avec la réelle volonté d’avoir une épreuve mixte dans toutes les disciplines des jeux Olympiques de Paris 2024.  Voilà notre principal objectif. Sinon, nous continuons d’organiser des événements de sensibilisation à la mixité et à la pratique féminine comme lors du dernier jour du Tour de France, où 1000 femmes vêtues de jaune ont descendu l’avenue des champs Élysées. Il peut également arriver que nous nous rallions à des causes médicales tel que le cancer du sein pour des courses de running ou de cyclisme. »

  • Quels conseils donneriez-vous aux jeunes filles aujourd’hui qui souffrent de discriminations dans le sport ?

« Osez ! Osez-vous engager ! »

Mounia SAADI.

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.