Catégories

RUGBY Fanny Combacau « Les clichés, ça ne sert à rien, si on fait du rugby c’est parce qu’on se sent de le faire »

Le rugby est un sport ultra populaire dans le sud-ouest, grâce notamment au succès du Stade Toulousain. Rencontre aujourd’hui avec Fanny Combacau, une joueuse du Rodez Rugby, pratiquante, supportrice et fervente défenseuse de ce sport.

Le rugby : la meilleure décision de Fanny

Ancienne joueuse de handball, Fanny Combacau s’est lancée dans le rugby, un sport très apprécié dans sa famille, il y a de ça cinq ans. Cette joueuse de première ligne ne regrette pas son choix : « Le rugby m’a permis de regagner confiance en moi, il m’a aidé à évoluer ». Il est vrai que ce sport est réputé pour ses valeurs d’esprit d’équipe et de solidarité. Et ce n’est pas Fanny qui dira le contraire : « Le rugby me correspond plus, il y a plus de respect et d’entraide entre les joueuses ».

La joueuse de 19 ans garde un très bon souvenir de ses années en cadette à Rodez : « on était une bande qui s’est suivie pendant trois ans à Rodez », mais apprécie aussi sa situation actuelle, avec un enjeu différent : « en sénior, il y a un objectif, il y a plus de pression ». Fanny joue actuellement au Rodez Rugby et s’essaie au club de Colomiers. Pendant le confinement, elle s’entraînait avec le club de son université (Toulouse 1 Capitole). Avec la crise sanitaire, les entraînements ont été aménagés mais impossible pour elle de faire des allers-retours entre Toulouse et Rodez. Les placages ont laissé place au toucher uniquement, Fanny décrit une ambiance des entraînements bien différente. De plus, la compétition a été supprimée cette année, la jeune ruthénoise n’a pu disputer qu’un seul match en début de saison, « ça manque beaucoup ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par rodez rugby (@rodezrugby12)

Plaquer les préjugés

En plus d’être une joueuse de rugby passionnée, Fanny est une supportrice aguerrie du Stade Toulousain et apprécie particulièrement la ferveur autour de ce club : « Le rugby rapproche les gens. A Toulouse, même ceux qui ne regardent pas forcément le rugby étaient dans les rues pour célébrer la victoire du Stade Toulousain [ndlr : pour leur cinquième titre au championnat européen] ». Elle suit également le rugby féminin même si elle déplore le peu de visibilité notamment pour la retransmission des matchs à la télévision. Cependant, Fanny se réjouit de l’intérêt porté par les clubs aux équipes féminines de rugby : « Les clubs font tout pour que ça se passe au mieux » avant d’ajouter « il y a de plus en plus de licenciées et les clubs se mettent au féminin ». En Aveyron par exemple, des nouveaux clubs féminins de rugby vont bientôt voir le jour. Elle souligne également le travail de la ville de Rodez qui organise des journées pour promouvoir certains clubs de sport féminin comme le football, le basket, le handball et le rugby. C’est sans doute grâce à ce genre d’initiative que les mentalités vont changer. En effet, certains préjugés dans le rugby persistent, ce que regrette fortement Fanny : « Les clichés, ça ne sert à rien, si on fait du rugby c’est parce qu’on se sent de le faire ».

Pauline Frayssou

Photo à la une : Fanny Combacau, crédit photo : Fanny Combacau

Vues:
814
Catégories de l'article:
Le Club

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Leave the field below empty!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.