Autres sports

ROUTE DU RHUM : Morgane Ursault Poupon vers l’Espagne

Morgane Ursault Poupon de Fleury Michon Bio a envoyé un message ce Jeudi pour indiquer qu’elle faisait route vers le nord de l’Espagne.

La navigatrice tente par cette manoeuvre de se mettre à l’abri du violent coup de vent annoncé Vendredi.

Morgane Ursault Poupon  a déclaré : “Mercredi a démarré fort. Après une nuit de mardi à mercredi intense, avec des rafales allant jusqu’à 45 noeuds, sous trinquette et trois ris, à 8h, mon pilote n’a plus voulu fonctionner sous mode vent. L’aérien doit être mort. Le temps que je sorte pour prendre la barre, la bateau avait viré. Bien sûr, tout ça est arrivé dans un grain, avec plus de 30 nœuds. La mer à ce moment était très forte. Dans ces conditions, la moindre erreur est fatale… Ensuite, la loi des séries a opéré : je n’ai pas réussi à bien rouler ma trinquette, elle a battu, le temps que mon pote le hook (je galère toujours avec ce truc !) se décide à lâcher la drisse, ma trinquette s’est abimée. Une fois affalée, j’ai pu mettre en place le tourmentin et depuis, je ne l’ai plus quitté. Même si je me traîne, je suis souvent contente d’être sous-toilée vu les conditions. Vers 17h, j’ai subi une succession de grains violents, il y avait de la pluie d’une intensité folle, un vent très fort, peut-être 50 nœuds, la mer était blanche et la mer du vent lissée par la force des éléments, et moi à l’abri à l’intérieur, je suppliais mon pilote (du coup en mode compas) de ne pas me lâcher… J’ai dû abattre de plusieurs dizaines de degrés pour moins subir la force du vent, puis le grain est passé, puis plusieurs un peu moins forts l’ont succédé et là, ça continue. J’ai pris ma décision hier soir : Je fais cap sur l’Espagne. Mes routages me font arriver pile dans le plus gros du vent si je continue à l’ouest. En plus, ce bord vers la gauche me fait faire du nord-ouest, mon but étant d’aller au sud ! Rien ne m’encourage donc à garder cette option, si ce n’est qu’espérer gagner quelques places. Mais mon sens marin privilégie la sécurité du bateau et la mienne qui sont en jeu, dans des vents attendus de 50 nœuds et plus et une mer déchainée. Ce n’est pas une décision facile que de faire escale, mais encore une fois, je préfère arriver un peu plus tard que ne pas arriver du tout. L’idéal pour moi aurait été un stop à La Corogne car ensuite, la sortie  vers le sud est à deux pas, mais là encore, ce n’est pas chose simple que de pouvoir y arriver. Je serais obligée de tirer des bords et je n’arriverais pas avant le coup de vent de sud-ouest de vendredi, qui barrera l’entrée du port. La meilleure option qui se profile semble être une escale à Gijon ou de longer la côte nord espagnole sous les vents des montagnes, bien à l’abri, je devrais y arriver demain en milieu de journée. A bientôt et profitez bien du petit feu devant la cheminée et d’une bonne douche chaude, j’en rêve… Et moi, promis, je fais tout pour vous envoyer une carte postale de la Gwada ! A+”.

 

 

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.