NOS FOCUS

MS FOCUS HANDBALL : La vie en club à Montigny lès Metz

Delphine Beuzelin est Vice-Présidente du club de Montigny lès Metz. Elle nous explique la vie en club, les aléas d’être amateur et le hand au féminin…

Rencontre avec une femme engagée dans le handball.

Vous êtes Vice-Présidente, quel rôle jouez-vous au sein de l’entente handball de Montigny lès Metz ?

Ma tâche dans le club c’est un petit peu tout faire et rien faire à la fois, c’est-à-dire que dès qu’il y a besoin de moi je suis là. Ça ne fait pas très longtemps que la Présidente a repris les rênes du club donc je suis là pour l’aider aussi. On a dû reprendre tout au pied levé. On apprend à gérer un club sur le tas, au fur et à mesure. On fait des erreurs mais on apprend d’elles aussi. Comme on est un club amateur on travaille sur la base du bénévolat. C’est donc être présent quand on peut, entre le travail, les enfants tout ça…

« Compliqué en France dans les clubs de recruter des bénévoles. »

Delphine Beuzelin a découvert le monde du sport amateur et regrette que ce soit de plus en plus difficiles pour ces clubs de trouver des bénévoles. Elle nous explique plus en détail toute l’organisation que cela suscite

Pour faire vivre un club on a besoin de beaucoup de monde.  C’est surtout ça que j’ai découvert parce que ça ne fait pas très longtemps que je fais partie du comité. Pour les weekends dès qu’il y a des matches il faut des gens pour faire la table, le secrétariat, le chronomètre. Nous on a une buvette, il nous faut des gens pour la buvette, pour les courses… On ne se rend pas compte de ça et comme c’est assez nouveau pour moi il y a plein de choses à penser. Quand on est nombreux à prendre des décisions, à vouloir que ce soit décidé ensemble, et bien ça prend du temps. Après c’est une très belle expérience, on a juste un peu de mal à trouver du monde.

C’est de plus en plus compliqué en France dans les clubs de recruter des bénévoles. Au fil des années ça se retrouve un peu dans tous les sports et dans tous les clubs : les parents partent du principe que c’est le hobby de leur enfant. C’est-à-dire qu’ils vont les déposer, partir, et venir les récupérer à la fin des matches. C’est peut-être aussi un peu la faute du club de ne pas assez les attirer et leur faire comprendre qu’on a besoin d’eux.

Moi je me souviens que quand j’avais commencé le hand j’avais 10 ans et dans toutes les équipes jeunes on avait des parents qui venaient avec nous pour les déplacements, qui nous faisaient des gâteaux, c’était très conviviale.

Son intérêt pour le handball a été grandissant. Après la danse, la Vice-Présidente de Montigny-lès-Metz s’est essayée au handball et depuis elle n’a plus quitté le milieu. C’est quelque chose que l’on a dans la peau nous a-t-elle expliqué. Le handball c’est une famille :

Ce que j’aime dans le hand c’est l’esprit d’équipe et de camaraderie. Quand on jouait avec mon équipe on était en nationale 2. On faisait trois entraînements minimum par semaine, plus les matches qui nous envoyaient à Paris, Strasbourg, Dijon… Donc vous partez il est 14h/15h vous revenez il est 3h du matin. Les gens avec qui vous jouez vous les côtoyez beaucoup. On en devient vite très proche. 

Quel est selon vous le petit plus de votre équipe féminine ?

Notre équipe far, notre équipe féminine évolue en nationale 1 cette année pour la première fois. Comme on est un club amateur on n’a pas les moyens des pro au niveau de la publicité etc… Notre équipe est la seule équipe qui n’est pas payée. Ce n’est pas forcément très simple à gérer parce qu’on a pas du tout les mêmes moyens que les équipes en face. Mais nos joueuses sont là pour le plaisir de jouer entre elles, pour le ballon. On en est fière oui. 

Équipe féminine de Montigny Lès Metz par Delphine Beuzelin

Quels sont les objectifs du club pour la fin de saison ? Pour la saison prochaine ?

Nos objectifs pour cette saison et la saison à venir c’est déjà de se maintenir en N1 pour les filles. Après on a une autre équipe qui devrait monter en N3 parce qu’elles sont en tête du championnat. Ce qu’on recherche surtout c’est de développer notre filière fille moins de 18 ans, pour ça il faut qu’on trouve des entraîneurs, des formateurs… C’est ça qui reste compliqué en tant que club amateur, c’est de trouver des gens qui viennent pour le plaisir du ballon.

« Les titres de l’équipe de France féminine a attiré les jeunes. »

Le titre mondial et européen de l’équipe de France a-t-il eu des répercussions sur le nombre de licenciées dans votre club ?

Alors le titre mondial et européen de l’équipe de France n’a pas augmenté énormément notre nombre de licenciés mais disons que ça a fait un petit peu de publicité et que ça attire un peu plus les jeunes. Après il y a beaucoup le foot féminin qui nous a fait un petit peu de mal. Nous on essaye de développer notre section féminine au sein des jeunes parce qu’on a déjà deux équipes seniors féminines, mais ces dernières années le foot féminin nous a fait un peu de tort. Après tant mieux parce qu’il nous en faut aussi dans le sport féminin mais on a plus de jeunes filles qui vont faire du foot plutôt que du handball. Le foot a toujours été plus plébiscité, il y a plus de moyens, beaucoup plus de pubs que dans le handball.

Votre club organise le 25 Mai prochain un tournoi des mini-Champions, pouvez nous en dire plus ?

Le tournois des mini-Champions le 25 mai c’est des portes ouvertes pour les enfants de 3 à 6 ans. C’est vraiment une initiation et on va recruter de manière mixte. S’il y a plus de garçons dans une équipe et pas assez de filles dans l’autre on va faire des petits flyers dans les écoles en mettant le profil recherché avec la tranche d’âge… Mais en général pour les enfants on ne veut pas refuser une inscription. Surtout qu’on a beaucoup de places chez les plus petits !

Affiche pour le tournoi des mini champions le 25 mai (entente de Montigny lès Metz)

Selon vous, qu’est-ce qui va différencier une équipe féminine de hand d’une équipe masculine ?

Moi je pense que les filles on est beaucoup moins dans la compète que les garçons. Les garçons qui jouent en départemental ou en national on a l’impression que ce sont des stars sur le terrain. Les filles sont beaucoup plus simples je trouve, peut-être plus humbles. On se prend beaucoup moins la tête quoi, on est là pour jouer pour profiter. Les garçons on a l’impression qu’ils jouent la coupe du monde tous les weekends, c’est peut-être leur esprit de compétition.

Un message à faire passer aux futures joueuses ?

Si vous avez envie de jouer au ballon il ne faut pas hésiter. Le handball c’est un très beau sport qui nous apprend plein de valeurs. Son atout c’est vraiment le plaisir du jeu, il y a un esprit qu’on ne retrouve pas dans d’autres sports.

Emma Razafimahefa

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.