NOS FOCUS

MS FOCUS BASKET LFB : Elodie Naigre, les pieds sur terre.

Elodie Naigre est une jeune basketteuse de 23 ans originaire de la Guadeloupe évoluant actuellement au sein du club breton de Landerneau.

Elodie a commencé le basket à 12 ans et a été formée par la MJC Abymes en Guadeloupe avant d’intégrer le pôle espoir de Guadeloupe. A 15 ans, elle intègre le centre de formation de Nantes.

A l’issue de sa formation nantaise, Elodie Naigre s’engage en Nationale 1 avec le club de IFS où elle y reste 3 ans.

La jeune basketteuse française prend en 2016 la direction de la Roche Vendée qui évoluait en Ligue Féminine 2 et avec qui elle est sacrée Championne de Ligue 2.  La Guadeloupéenne choisit de ne pas poursuivre l’aventure en LFB avec son club et s’engage alors en 2017 avec le club de Landerneau.

Là encore, Elodie Naigre est Championne de France de Ligue Féminine 2 et jouera dans l’élite la saison prochaine. Entretien.

Elodie Naigre, vous avez commencé le basket en Guadeloupe, au sein de la MJC Abymes, que retenez-vous ?

De mes années à la MJCA, je ne retiens que le positif puisque c’est en Guadeloupe que j’ai été formée. Je suis d’ailleurs toujours en contact avec mon club formateur. Je suis depuis 3 ans, l’une des marraines de leur camp de Basketball.

Elodie Naigre, Crédit-Photo : Loïc L’Huillier

Quel regard portez-vous sur le basket en outremer particulièrement en Guadeloupe ?

Il faut que cela se développe encore plus avec des actions mises en place. On recrute des joueurs de l’extérieur ce qui apporte une plus-value au basket guadeloupéen. Les camps de basket participent également à l’évolution du basket en Guadeloupe avec l’appui de joueuses évoluant dans l’hexagone qui y apportent expériences et expertise. J’ai la chance d’intervenir sur le camp de la MJCA depuis 3 trois et cela me permet de mettre ce que j’ai appris au service des autres.

Un conseil pour les jeunes filles qui voudraient faire du basket ?

Dans tout ce que l’on fait il faut être passionné. Le conseil que je donnerais, est qu’il ne faut jamais lâcher car rien n’est jamais fini. On a toujours quelqu’un qui nous observe et suit nos performances. A n’importe quel moment on peut te donner ta chance et te permettre de progresser. Il ne faut donc jamais lâcher si je m’en réfère  à ma propre expérience.

Vous évoluez au poste 4, quelles sont les qualités pour jouer à ce poste ?

Dans le basket moderne, un poste 4 c’est comme une deuxième meneuse de jeu. Il faut savoir lire le lire, avoir un shoot et une qualité de passe. Pour moi, la qualité de passe et un tir fiable sont les deux spécificités à avoir pour évoluer en poste 4 car on est amené à s’écarter plus. Ce sont des qualités primordiales associées à la lecture du jeu.

Elodie Naigre, Crédit-Photo : Nicolas Créach

Comment s’est passée votre adaptation ici dans l’Hexagone ?

Cela a été difficile au début car en Guadeloupe, on avait deux ou trois entraînements par semaine plus les matches. Arrivée en centre de formation à 15 ans, tu es confrontée à des joueuses qui, elles, s’entraînaient tous les jours, sans compter les longs déplacements. C’était assez compliqué mais quand on est en centre de formation, on a la chance d’être avec des filles qui ont le même projet que toi donc on s’est soutenues. Cela facilite l’intégration dans le groupe.

 

Vous avez été championne de Ligue féminine 2 avec la Roche Vendée pourquoi en êtes-vous partie alors qu’une saison en LFB vous attendait ?

Je n’avais rien encore prouvé. Pour moi je n’avais rien encore montré de mes capacités à part lors des play-offs où j’ai profité des blessures de certaines joueuses pour avoir du temps de jeu.  J’ai toujours dit à ma famille que je préfère procéder par étape. Je ne me voyais pas monter en LFB et être sur le banc, j’avais envie de jouer. J’avais encore à apprendre et pour moi je n’avais pas encore ma place en LFB.

Je suis à Landerneau depuis maintenant  1 an, Championne là aussi de Ligue Féminine 2.

Cette année, je pense que c’est le bon moment.  Pour cette saison 2017/2018 qui s’annonce, je compte bien la jouer la LFB et prouver ce que je vaux sur les parquets de Ligue Féminine avec mon club de Landerneau.

Votre club de Landerneau est promu cette année en LFB, quels sont vos objectifs et ceux de votre club ?

A titre personnel, mon objectif est de continuer à travailler voire même de travailler plus afin d’avoir du temps de jeu.  Je veux arriver en forme et donner mon maximum. Maintenant, il ne faut pas se leurrer ce sera compliqué parce que je suis jeune et sur mon poste en l’occurrence il y aura de la concurrence.

Cependant, je n’ai pas plus de pression car je sais ce dont je suis capable et il n’y a que par le travail que cela passe.

Le club a recruté, l’objectif est de se maintenir. Mais à Landerneau, on ne se pose pas de questions, si on doit protéger et gagner dans notre forteresse on le fera. On prendra tous les points possibles et nous ferons le bilan à la fin.

Elodie Naigre, Crédit-Photo : Loïc L’Huillier

Votre parcours en Equipe de France a commencé en 2015 pouvez-vous nous en dire plus ?

En 2015, j’ai été appelée chez les U20 où nous avons été Vice-Championnes d’Europe. Là cette année, 2018, j’ai été appelée en A’.

Dans un coin de ma tête, j’ai l’équipe de France A mais je saurai prendre mon temps sans me mettre de pression. Il y a du monde devant moi, je travaille de mon côté, je suis là et si on fait appel à moi, bien sûr que je répondrai présente. C’est vrai que cela donne un challenge car il y a pas mal de compétitions qui arrivent jusqu’aux Jeux Olympiques de Paris 2024. Je ne me prends pas la tête je travaille de mon côté. Mais je suis contente de mon parcours car je ne me précipite pas.

Un mot de la fin ?

Je remercie ma famille pour le soutien et je vous donne rendez-vous pour la saison 2017/2018 en Ligue Féminine de Basket.

La Rédaction

 

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.