NOS FOCUS

LE TISSU AÉRIEN : Une discipline pour faire connaissance avec son corps

Un mélange de danse et d’acrobaties, pour un spectacle à couper le souffle, il s’agit bien sûr du tissu aérien, une discipline aussi bien gracieuse qu’endurante.  

L’association Volaverunt nous a accueillis, au Gymnase Louis Lumière dans le 20eme arrondissement de Paris pour nous faire découvrir les mille et une facettes de cette discipline. 

19h00, malgré la grève SNCF, tout le monde est motivé et présent pour commencer l’échauffement !

Pour cette première partie du cours, 7 élèves sont présents et commencent à disposer des tapis individuels pour débuter l’échauffement. Qu’on soit grand, petit, rond ou mince, tout le monde est le bienvenu. Pour motiver les troupes, Isabelle, danseuse professionnelle et acrobate en tissu aérien depuis 10 ans au sein de l’association, se place au centre pour mener la danse. 

Photo: Damien Tramblay / ovovo
Volaverunt et Rêves trapézistes

Je me suis tournée vers l’aérien comme moyen de thérapie.

Le tissu aérien comme une forme de thérapie pour cette acrobate d’une cinquantaine d’années à la carrière fulgurante :
« J’ai eu une longue carrière de danseuse en cabaret avant d’arriver dans le tissu aérien. Je travaillais dans le cabaret plutôt pour la télévision et le cinéma, mais à cause de problèmes de hanches, je me suis tournée vers l’aérien comme moyen de thérapie. Après avoir été formée en aérien, j’ai été coach pendant plus de 7 ans à Disney Land Paris à l’occasion du spectacle : « Tarzan », dans lequel je formais les acrobates au sol et en aérien. 
Et actuellement depuis plus de 10 ans, je fais partie de l’association « Volaverunt », en donnant des cours et en montant des numéros pour des jeunes artistes. » 

Photo Instagram : @assovolaverunt

Entre « boulot, métro, tissu aérien et dodo », dans une ambiance joyeuse et bon enfant, personne n’hésite à se raconter ses petites aventures du quotidien. 
Cependant, des moments de silences sont nécessaires pour être à l’écoute et se reconnecter avec le corps, après une longue journée. 
Après une heure d’étirement intense, les gouttes de sueur sont d’ores et déjà visibles sur le front. 

20 h 00 : c’est l’heure de lâcher les tissus ! 

Tout le monde attend ce moment avec impatience. Une fois les équipes de deux formées sur chaque tissu, les élèves s’en vont appliquer de la résine sur les mains, pour mieux agripper le tissu, avant d’entamer les exercices. 
Isabelle entre alors en scène pour les démonstrations et explications des différents exercices. 
Entre plaisanterie, rigolade et entraide tout le monde se donne à fond avec un bel esprit d’équipe ! 

Photo: Damien Tramblay / ovovo
Volaverunt et Rêves trapézistes

En tissu aérien, notamment durant l’échauffement, on apprend véritablement à faire connaissance avec son corps.


Katia, Présidente de l’association créée en 2002 et élève, nous explique l’importance de faire connaissance avec son corps : 

«  De nombreux professionnels et amateurs exercent du trapèze en plus du tissu aérien pour sa symétrie. 
Dans le trapèze ce qui est intéressant, c’est qu’on travaille de manière symétrique. C’est bon pour le corps de ne pas faire que du tissu aérien, car on aura toujours tendance à travailler plus un côté que l’autre. Tandis que le trapèze est symétrique et permet de travailler des deux côtés du corps et des épaules. 
C’est pourquoi en règle générale le trapèze et le tissu aérien vont de paire pour trouver un bon équilibre. Dans les autres disciplines, on ressent pas mal de cardio, en se concentrant sur l’efficacité du geste ou sur la précision. En tissu aérien, notamment durant l’échauffement, on apprend véritablement à faire connaissance avec son corps, ce qui nous permet le plus souvent d’éviter les blessures en spectacle ou en entraînement. C’est d’abord la connaissance de son corps qui permet une bonne exécution des mouvements. »

Photo: Damien Tramblay / ovovo
Volaverunt et Rêves trapézistes

Plus de femmes dans l’aérien ?
«  Beaucoup de profils différents prennent place dans ce cours.
De manière générale, on retrouve plus de femmes dans le milieu. Mais les hommes commencent véritablement à s’y intéresser de plus en plus. Dans l’association « Volaverunt », sur une centaine d’adhérents, on retrouve environ 80 femmes pour 20 hommes à peu près. Donc ça commence à intéresser de plus en plus la gente masculine.
Dans les cours, on retrouve débutants, amateurs et professionnels mélangés pour un réel partage et beaucoup d’entraide»  explique Katia.

Photo: Damien Tramblay / ovovo
Volaverunt et Rêves trapézistes

Si vous souhaitez vous entrainer ou même vous lancer dans le tissu aérien, l’association « Volaverunt » vous ouvre ses portes à l’occasion de stages et même lors des entrainements de qualité !

Photo : @isatrap27/@Volaverunt Instagram

Mounia SAADI

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.