NOS FOCUS

KUNG-FU SANDA : Natacha Bounet ” À mes débuts, j’étais pratiquement la seule femme en club.”

A 40 ans, Natacha Bounet, afro-caribéenne, a 20 ans de carrière à son actif. Elle a débuté sa première compétition en 1998 et est 9 fois Championne de France de Kung-Fu Sanda, 2 fois en Muay Thaï et une fois Championne de France de K1.

Grâce aux films d’arts martiaux dont le style lui a beaucoup plu, Natacha Bounet s’est mise au Kubg-Fu Sanda avec Bruce Lee comme inspiration.

Etes vous toujours en activité?

Je suis toujours en activité mais cette année je n’ai pas fait de compétition. J’ai préféré développer ma marque de vêtements.

Parlez-nous un peu de votre marque de vêtements ?

Elle s’appelle AkobenbyNatachaBounet, c’est une marque de Sportswear et Casualwear (tous les moments de la journée).

Pourquoi l’avez-vous créée ?

En 2011, j’ai été sélectionnée pour les championnats du monde en Turquie. Beaucoup de déplacements, pas beaucoup d’aides. Moyen d’exprimer ma créativité et avoir des ressources pour gérer mes frais de déplacement, etc…

Comment vous avez pu gérer le côté mère de famille et sportive de haut niveau ?

Ils m’ont suivi partout (salle de sport, entraînement…), mon fils a 22 ans et il est 2 fois champion de France de Kung-Fu Sanda. Ils ont baigné dans le milieu avec moi et tout s’est fait naturellement.

Quelles sont vos projets pour votre après-carrière ?

Développer le Sanda féminin, je fais partie de la ligue de Kung Fu, transmettre mon savoir, j’ai été enseignante. Je suis également coach.

Que pensez-vous de la représentation des femmes dans ce sport et dans les arts martiaux en général ?

Lorsque j’ai commencé, en Guadeloupe, j’étais pratiquement la seule femme en club. Ma toute première compétition a été rude, on ne m’a jamais fait de cadeaux mais ça été une bonne expérience. Le fait que ce soit une passion, j’ai facilement pu faire mes preuves.

Quel est votre style sur le ring ?

Je suis quelqu’un de très spirituelle dans la vie, j’ai eu besoin de partir dans le Muay Thaï pour devenir plus hargneuse. C’est vraiment vers la fin de ma carrière que j’ai senti ce côté déterminé et agressif. Mais on me définit souvent comme une force douce, une force tranquille.

Ralph SAMMOURI

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.