NOS FOCUS

Kayak-polo : « Un partage de sensation sur un terrain d’émotion »

Le monde du sport est très vaste et peut cacher grand nombre de pépites bien méconnues du grand public. Souvent décrit comme un mélange de plusieurs sports (kayak, basket-ball, water-polo ou encore handball), le kayak-polo fait partie de ces disciplines dont on entend peu parler. Tiffany Bazin, joueuse en équipe de France et championne de France avec le Canoë-Club d’Avranches nous en dit un peu plus sur son sport.

Tiffany Bazin porte le numéro 2 en équipe de France.

MadamSport : Pouvez- vous vous présenter et nous parler de votre sport ?

Tiffany Bazin : Je m’appelle Tiffany Bazin. J’ai 24 ans. Je suis en formation d’éducatrice spécialisée . Je suis sportive au sein du Canoë-Club d’Avranches et je suis également athlète en équipe de France de Kayak-polo depuis 2014. J’ai pratiqué d’autres sports avant : de la natation, un peu de handball en UNSS, de la plongée sous-marine et pour finir du kayak-polo. Toujours plus ou moins dans le coté aquatique avec un aspect de sport collectif que j’apprécie beaucoup.

MS : Quand et comment avez-vous entendu parlé de ce sport avant de le pratiquer ?

T.B : J’ai commencé en 4ème avec la section sportive de mon collège et c’est comme ça que j’ai intégré la section sportive. Après j’ai continué en club puis j’ai fini par intégré l’équipe féminine 1 an et demi après mon arrivée au club. J’ai connu le kayak polo grâce à la section féminine de mon collège finalement.

MS : Pourquoi ce sport est peu médiatisé selon vous ?

T.B : C’est un sport qui reste très jeune et qui est encore en phase de développement. C’est un sport non-olympique, donc moins de médiatisation, moins de sponsor et je pense que c’est ce qui met un frein au développement et un frein à la médiatisation de ce sport.

MS : A qui est ouvert ce sport ?

T.B : C’est un sport qui peut être fait par enfants et adultes. A partir de 7 ans après ça dépend des clubs mais chez nous c’est 7 ans. Il faut avoir quand même une âme de sportif, qui aime jouer en collectif. Ce sont des équipes de 8, donc il faut aimer faire parti d’un groupe et partager des choses à plusieurs. C’est un sport qui allie beaucoup technique, tactique et physique, il faut aimer un peu tout ça.

MS : Est-ce un sport onéreux ?

T.B : Oui, c’est assez cher ! Un bateau coûte environ 2000 euros, une pagaie entre 300 et 400 euros, ça dépend du modèle que l’on souhaite prendre. Une fois qu’on est en compétition, chaque athlète commence à savoir quel matériel il veut pour pouvoir « performer ». Certains clubs participent aux frais de matériels. Après il y a des clubs qui n’ont pas les moyens financiers et qui demandent aux athlètes de se financer eux-mêmes leurs matériels.

MS : Peut-on pratiquer ce sport partout ?

T.B : Un terrain de Kayak-polo c’est environ 35 mètres sur 25 mètres de largeur et ça se joue sur un terrain d’eau calme. C’est donc soit en étang ou soit en piscine olympique. Par exemple, vers Paris, il y a Corbeil-Essonnes qui bénéficie d’une piscine pour accueillir les compétitions. Il n’y a pas forcément besoin d’un point d’eau naturel.

MS : Tous les canoë-club proposent le kayak-polo ou c’est le cas que pour certains clubs ?

T.B : Non , il y a des disciplines qui sont mises en priorité. Par exemple, dans notre club, c’est la discipline qui « performe » le plus. Donc on mise un peu plus dessus. D’autres clubs c’est la course en ligne, d’autres le slalom… Cela dépend vraiment de ce que le club met en place et des infrastructures dont le club dispose. par exemple dans notre club, il n’y a pas de rivière donc pour pratiquer le slalom c’est un peu plus difficile.

MS : Parlons un peu de vous maintenant. Vous êtes en équipe de France depuis 2014 (d’abord en moins de 21 ans puis en senior depuis deux ans), et vous faites partie du Canoë-club d’Avranches qui a été récemment sacré champion de France, ce qui vous a ouvert les portes des championnats d’Europe des clubs en septembre, un mot sur cette victoire ?

T.B : Je suis très heureuse d’avoir « performé » avec mon équipe. C’est une première pour le club que l’équipe féminine remporte les championnats de France en nationale 1 et depuis mes années en nationale 1. C’est la première fois qu’on fait un tel résultat et c’est un peu la récompense de nos entraînements et de l’investissement que l’on met tout au long de notre saison et c’est un peu le rêve de chacune de participer aux championnats d’Europe des clubs.

L’équipe féminine de nationale 1 du canoë-club d’Avranches s’est qualifiée pour le championnat d’Europe des clubs en remportant les playoffs 2019.

MS : un mot pour des futur.e.s kayakistes ?

T.B : Le kayak-polo, c’est vraiment le partage de sensation sur un terrain d’émotion ! C’est se donner pour son équipe, aller et chercher les victoires une par une et vraiment se faire plaisir, « performer », mais se faire plaisir avant tout. C’est un jeu ! Il ne faut pas oublier cette notion de jeu.

Jimi Martin

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.