NOS FOCUS

HANDBALL EURO : TOUT EST PRÊT POUR LA GRANDE FÊTE

Plus que neuf jours à patienter. Du 29 novembre au 16 décembre, la France accueille pour la première fois l’EHF EURO 2018.

Cinq sites, Brest, Montbéliard, Nancy, Nantes et Paris, sont prêts à recevoir les meilleures équipes féminines de handball. Championnes du monde en titre, les Bleues comptent bien profiter de la ferveur annoncée pour conquérir leur première couronne continentale. La fête s’annonce « Handballissime ».

La Maison du Handball a réuni, ce matin, les représentants des médias à Créteil (Val-de-Marne) pour évoquer l’EURO 2018. L’occasion de faire le point sur la préparation et les ambitions de l’équipe de France féminine mais aussi sur l’organisation de l’événement à neuf jours du match d’ouverture entre la France et la Russie à Nancy (jeudi 29 novembre à 21h00). Une délégation de PARIS 2024 menée par Tony Estanguet était également présente ce midi afin d’échanger avec le staff et les joueuses sur cette échéance à court terme et leur apporter leur soutien.

 Depuis septembre 2014 et l’annonce de l’attribution du 13e Championnat d’Europe féminin de handball à la France, l’équipe d’organisation s’est employée à mettre en œuvre toutes les conditions pour garantir le plus beau des rendez-vous. Un objectif immédiat le temps de la compétition entre les 16 équipes participantes, mais aussi une vision résolument tournée vers l’avenir avec la volonté de laisser un héritage pour le développement du handball féminin.

Allez les Bleues (Catherine Steenkeste)

 Avec 1300 bénévoles recrutés pour les 17 jours de l’épreuve, tout est réuni pour le parfait déroulement des 47 matchs au programme sur les 5 territoires hôtes (Nantes, Parc des Expositions, 8450 places – Nancy, Palais des Sports Jean-Weille, 4690 places – Montbéliard, l’Axone, 4470 places – Brest, Brest Arena, 3520 places – Paris, AccorHotels Arena, 14060 places) et pour l’accueil d’un public attendu en nombre.

La billetterie sur les rails

 Jamais un Championnat d’Europe féminin de handball n’aura autant séduit avant même les premières rencontres. Avec déjà 115 000 billets vendus, l’EHF EURO 2018 promet d’être un succès populaire.

 Dès le tour préliminaire, les Bleues ont l’assurance d’être soutenues par leurs supporters. A Nancy, ville hôte des rencontres des Tricolores, le Palais des Sports Jean-Weille affiche pratiquement complet pour les trois affrontements des Françaises.

 A Nantes, où les filles d’Olivier Krumbholz sont attendues pour le tour principal, le Hall XXL permettra au plus grand nombre de soutenir les Bleues.

 La finale à l’AccorHotels Arena de Paris, déjà complète dans plusieurs catégories, devrait également faire le plein.

Un accueil haut de gamme et en musique

 A l’image de Rok et Koolette, les deux mascottes qui n’ont cessé de promouvoir l’événement depuis plus d’un an, tout a été mis en place pour faire de la compétition une grande fête populaire (500 événements labellisés avec le soutien du dispositif « Tous prêts » du Ministère des Sports). Et parce que sport et culture partagent de nombreux points communs, l’EHF EURO 2018 résonnera au rythme de la Philharmonie de Paris, partenaire de l’organisation avec ses orchestres Demos, en représentation dans chacune des cinq villes du tournoi pour y interpréter l’hymne officiel, « Dans l’antre du roi des montagnes de Peer Gynt », l’œuvre du compositeur norvégien Edvard Grieg.

Orlane Kanor et Jean-Philippe Gatien (Catherine Steenkeste)

 Une large couverture

 Si assister aux rencontres reste le moyen le plus intense pour vivre la compétition, d’autres possibilités existent pour partager ces moments rares. Le site internet (fra2018.ehf-euro.com) et les réseaux sociaux de l’EHF EURO 2018 seront bien évidemment très actifs. Sur les ondes, Radio France s’est très vite positionné comme partenaire national de l’EHF EURO 2018, avec un large dispositif éditorial et la force de frappe de ses antennes locales France Bleu. A la télévision, beIN SPORTS, diffuseur officiel avec nota mment l’ intégralité des matchs des Bleues et plus de 25 rencontres retransmises au total, mais aussi le Groupe TF1 à qui beIN SPORTS a sous-licencié jusqu’à 3 rencontres (un match du tour principal, une demi-finale en cas de présence des Tricolores et la finale) proposeront une large couverture.

 Du sport de très haut niveau

Avec 14 des 16 meilleures équipes du dernier Mondial 2017, l’EURO 2018 offre une superbe vitrine à une discipline en plein développement en France (36% des 549 300 licenciés dans 2400 clubs). Le retour de nombreuses internationales dans le Championnat de France a renforcé l’attractivité d’une compétition gérée par la Ligue féminine de handball qui fête cette année ses 10 ans.

 Sur le parquet, les rencontres s’annoncent particulièrement intenses dès le tour préliminaire où il faudra terminer dans les trois premiers du groupe pour poursuivre sa route.

 A Nantes (Groupe A), le choc des Scandinaves entre la Suède et le Danemark promet du grand spectacle. Attention également à la Pologne et la Serbie prêtes à créer la surprise.

Gros suspens à Montbéliard (Groupe C) où Hongrie, Espagne, Croatie et Pays-Bas ne pourront faire aucune impasse dans une poule très relevée.

 A Brest (Groupe D), le public breton aura la chance de voir évoluer la Norvège, championne d’Europe en titre et toujours au premier plan dans cette compétition européenne qu’elle a déjà remportée à 7 reprises, un record. La Roumanie, l’Allemagne et la République tchèque se disputeront probablement les deux autres tickets qualificatifs.

 Enfin, à Nancy (Groupe B), le match d’ouverture entre la France et la Russie, revanche de la finale des Jeux olympiques 2016, lancera la campagne des Bleues dans un groupe également constitué de la Slovénie et du Monténégro.

 Sylvie Pascal-Lagarrigue, présidente du Comité d’organisation : « Nous avons hâte que la compétition commence. Toutes nos équipes ont travaillé sans relâche depuis plusieurs mois et même plusieurs années pour faire de cet EURO 2018 une grande réussite. Une réussite le temps du tournoi mais aussi au-delà. Pour le handball féminin bien évidemment mais pas seulement. C’est un événement important dans le cadre du développement du sport féminin, quelques mois seulement avant la Coupe du monde féminine de football en France en 2019. C’est une belle opportunité de travailler avec les autres disciplines et de créer des passerelles entre nous pour continuer à le développer. Notre volonté est de mettre en place un événeme nt populaire, jeune, festif et rassembleur. C’est dans cette direction et avec cet objectif à l’esprit que nous avons œuvré. »

Sylvie Pascal-Lagarrigue (Catherine Steenkeste)

 Alexandre Ferracci, directeur général du Comité d’organisation : « C’est le premier EURO en France, une compétition qualificative pour les Jeux olympiques de 2020, avec les meilleures équipes et une équipe de France, championne du monde, qui mérite d’être soutenue. On a une chance extraordinaire. Il faut en avoir conscience. »

Source : FFHandball

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.