Catégories

FOOTBALL Laurie Cance : “L’objectif est de remonter en D1 “

Avec une saison chamboulée à cause de la Covid-19, le club féminin du Rodez Aveyron Football (RAF) peut compter sur ses joueuses déterminées à reprendre la compétition. Rencontre avec Laurie Cance, fidèle milieu de terrain du club.

Footballeuse depuis qu’elle a 6 ans, Laurie Cance a débuté au club de Decazeville. Quelques années plus tard, elle se fait repérer par le RAF. Après quelques hésitations et beaucoup d’appréhensions, elle rejoint le club ruthénois à l’âge de 13 ans parmi les garçons. Elle est sélectionnée plus tard pour jouer avec l’équipe féminine de D1 à 16 ans : « quand tu as 16 ans et que tu joues contre des filles qui en ont 30, c’est très impressionnant ». La jeune milieu de terrain se souvient de son arrivée parmi des femmes plus préparées et plus matures, il lui a fallu un temps pour se faire accepter et montrer de quoi elle était capable, « physiquement, au début c’était très dur, à force de jouer et prendre en expérience, je me suis adaptée ». La jeune joueuse a tout de même réussi à se démarquer dès sa première titularisation. En effet, elle me raconte fièrement que lors de son premier match, elle marque son premier but contre Saint Etienne. Un bon souvenir pour la joueuse. Aujourd’hui, le club de Rodez est devenu pour Laurie Cance son club de cœur « c’est tout mon parcours ». La joueuse se dit « satisfaite » et est très fière de porter les couleurs du club depuis plus de dix ans.

A côté du foot, Laurie Cance travaille à la mairie de Rodez. Avec un entraînement quotidien, son contrat est adapté aux contraintes sportives. Elle arrive parfaitement à mêler vie professionnelle et vie sportive, une aubaine pour cette milieu de terrain de 24 ans. Elle m’explique qu’il n’y a qu’une joueuse professionnelle dans l’équipe féminine de ce club aveyronnais, actuellement en D2.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Laurie Cance (@laurie_cance)

C’est en évoquant l’image du football féminin en France, que Laurie Cance souligne « le grand tremplin » de ce sport. Elle m’explique avoir été témoin de l’évolution de l’image du football féminin grâce aux Coupes du Monde féminines, aux performances de clubs comme Lyon, Paris ou Montpellier, qui bénéficient de plus gros moyens. Elle se rappelle du manque de visibilité de ce sport, il y a de ça quelques années, et de l’intérêt ascendant par les médias au fur et à mesure du temps. « Les équipes de D1 font des efforts financiers aux niveaux des infrastructures. On voit quand même qu’il y a un gros développement ». Elle regrette néanmoins, les comparaisons persistantes entre les compétitions masculines et féminines : « On voit des comparaisons alors que ce n’est pas du tout le même football ».

Il est vrai qu’il existe beaucoup de différences et d’inégalités entre le championnat féminin et masculin. Au-delà des aspects précisés par Laurie Cance, la Ligue 1 et la Ligue 2 ont pu reprendre malgré le contexte sanitaire, alors que la D1 et la D2 ont complètement été mises à l’arrêt. « Les compétitions manquent ». Surtout que Laurie Cance souhaite remonter en D1 avec son équipe et rester le plus longtemps possible « c’est mon objectif et celui du groupe ».

Pauline Frayssou

Photo à la une : Laurie Cancen Crédit photo : Cédric Méravilles / Rodez Aveyron Football

Vues:
306
Catégories de l'article:
Le Club

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Leave the field below empty!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.