Coupe du monde

FOOTBALL CDM ÉQUIPE DE FRANCE : Portrait de Delphine Cascarino, la pièce maitresse de Corinne Diacre

Considérée comme une remplaçante de luxe, la jeune lyonnaise de 22 ans vit sa première Coupe du Monde. L’attaquante des Bleues ne veut pas faire figuration et compte bien se faire une place dans le XI de Corinne Diacre.

À 22 ans, Delphine Cascarino a accompli son rêve : participer à une Coupe du Monde, qui plus est, à domicile. Sa passion pour le football débute à l’âge de 9 ans, sa progression est fulgurante, à tel point qu’elle rejoint l’Olympique Lyonnais à 15 ans, qu’elle considère comme sa maison. La buteuse lyonnaise connait d’ailleurs l’expérience des grands matchs et des grandes compétitions car elle a déjà été finaliste de la Coupe du Monde avec les moins de 20 ans, sans oublier un nouveau titre de Championne d’Europe avec l’OL le 18 mai dernier.

Malgré cela, et malgré son talent à n’en pas douter, elle peine à se faire une place de titulaire, autant dans son club qu’avec l’Équipe de France. Cela ne l’empêche pas pour autant d’être ambitieuse et de continuer à travailler dur. Comme elle a pu l’expliquer avant le début de ce mondial, à Clairefontaine, Delphine Cascarino « espère jouer et marquer un but » et surtout « ne pas faire de la figuration ». 

Corinne Diacre lui avait laissé sa chance lors du match d’ouverture remporté 4 à 0 face à la Corée du Sud où elle avait marqué les esprits du Parc de Princes par sa vitesse et ses dribbles. Elle avait, par la suite, reçu une ovation lors de son entrée face à la Norvège à l’Allianz Riviera de Nice. Lundi, après avoir remporté les deux premiers matchs et assurer sa qualification, la sélectionneuse avait décidé de reconduire la jeune lyonnaise, face au Nigéria. En concurrence avec Kadidiatou Diany au poste d’ailier droit, elle a été l’une des seules à dynamiter le jeu offensif des Bleues. En difficulté devant le but, l’attaque des Bleues a néanmoins pu compter sur la percussion, les dribbles, la vitesse et les bons débordements de Cascarino. De bon augure pour le reste de la compétition. 

En grande difficulté au niveau offensif depuis le match face à la Norvège mercredi dernier. Les Bleues doivent impérativement trouver la clé avant le possible 1/8e face au Brésil et surtout avant le choc qui se profile face aux États-Unis qui, elles, n’ont aucun problème avec leur attaque, en témoigne les 16 buts inscrits en deux matchs. Et la solution pourrait bien venir de la jeune attaquante qui, avec Eugénie Le Sommer, sont les principales joueuses à avoir les capacités à créer des différences, des décalages, à faire mal aux défenses adverses. 

Même si elle devrait débuter le huitième de finale sur le banc, il faudra compter sur ce jeune talent, considérée comme le Joker de luxe de Corinne Diacre, capable de changer le cours d’un match ou de débloquer la situation. 

Vincent Foultier.

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.