NOS FOCUS

FOOTBALL Betty Noel : « Peu importe qui vous êtes, fille ou garçon, le football a besoin de tout le monde »

Betty du PAFC pour le PROJET FEMININE, c.p FERHAT

À Paris Alésia pour sa première année, Betty Noel mène dans ce club un projet qui lui tient à cœur : ouvrir une école de football féminine. Joueuse en D2 au Racing Club Saint-Denis et responsable de l’école de foot féminine du Paris Alésia, elle nous parle foot au féminin.

Quand avez-vous commencé le foot ?

J’ai commencé il y a une quinzaine d’années, j’ai arrêté un an l’année de mon Bac puis je n’ai jamais lâché ! Maintenant je suis joueuse de football en D2 pour le Racing Club Saint-Denis et en même temps responsable de l’école de foot féminine du Paris Alesia que nous ouvrons.

Que représente le sport dans votre quotidien ?

C’est ma garantie bien-être. C’est là où je me ressource, où on oublie tout, où on se défoule.

Et puis là où on vit des émotions fortes que je n’ai jamais retrouvées ailleurs que dans le sport et surtout le football. Que ce soit des déceptions ou de la joie.

Le sport inculque des valeurs qui sont importantes à mes yeux et permet de se développer dans sa vie hors terrain : leadership, confiance en soi, dépassement de soi, adaptabilité, ouverture culturelle et j’en passe.

« Nous avions à cœur de pouvoir offrir la même pratique sportive qu’aux garçons »

Betty intègre le Paris Alésia pour sa première année en tant que responsable, elle nous parle de son grand projet.

Le projet est l’ouverture d’une école de football féminin. Nous avions à cœur de pouvoir offrir la même pratique sportive qu’aux garçons et surtout nous pensons qu’il est super important de leur offrir les bases étant toutes petites, dans un but d’augmenter le niveau de nos joueuses. Trop de filles démarrent le football très tard et c’est compliqué de rattraper le retard à partir d’un certain âge. On s’inspire un peu du modèle américain.

Ce qui m’a motivé c’est que le club est structuré et bénéficie d’une grosse expérience dans la formation en Ile de France. C’est le moment idéal pour pouvoir grandir encore.

L’équipe d’éducatrice est conséquente et c’est un réel plus que de pouvoir accompagner ces filles de manière très privilégiée. Le but est d’avant tout qu’elles prennent goût à la pratique sportive et s’amusent, avant d’être des footballeuses.

Le Paris Alesia c’est une vraie famille.

Entraînement des filles le mercredi, c.p FERHAT

Quels en sont les résultats pour l’instant ?

Nous venons de démarrer avec des journées portes ouvertes il y a quelques semaines. Le résultat est très positif puisque les filles sont de plus en plus nombreuses chaque mercredi. Et elles reviennent après leur séance, on en déduit qu’elles ont aimé le cadre qu’elles ont trouvé.

« Ils sont habitués à voir des filles au foot et cela change leur mentalité »

Vous êtes une équipe d’encadrantes 100% féminine pourquoi cette intention ?

On s’est rendu compte que certaines filles ne voulaient pas s’inscrire car elles préfèrent être coachées par des filles. C’est une manière de rassurer les mamans et les enfants. Elles ont un repère féminin et ce sont des choses bêtes mais c’est plus facile de les accompagner au vestiaire ou les emmener aux toilettes par exemple. C’est un vrai plus que nous avons. Le mot clé étant vraiment « rassurant ».

Ce qui est chouette dans ce projet c’est qu’à l’inverse les éducatrices sont amenées aussi à coacher les garçons et les garçons s’ouvrent plus. Ils ont un repère féminin, leur comportement est un peu différent et cela permet d’avoir beaucoup plus de mixité au club. Que ce soit les éducateurs ou les joueurs, ils sont habitués à voir des filles au foot et cela change leur mentalité.

L’équipe d’encadrantes, c.p FERHAT

Quels sont les objectifs pour cette école ?

Pour le moment nous recrutons jusqu’à 12 ans mais le but est d’ouvrir rapidement les catégories du dessus.

« L’effet Coupe du Monde va permettre de créer une effervescence »

Que pensez-vous de la représentation des femmes dans le football ?

Je pense qu’elles commencent à avoir leur place. Les médias en parlent de plus en plus, c’est mieux accepté. Et surtout l’effet Coupe du Monde va permettre de créer une effervescence. Les salaires sont en augmentation, les matchs sont diffusés sur des chaines publiques. Clairement c’est plaisant de voir tout ce qui est mis en œuvre par rapport à ce que j’ai pu connaître étant petite. Ça évolue bien même s’il reste encore beaucoup à parcourir !

Comment selon vous, on pourrait mettre à mal les stéréotypes concernant le foot féminin ?

Je pense qu’elles donnent une image beaucoup plus féminine que par le passé. C’est un critère important. Elles suscitent un intérêt. Le jeu progresse et puis cela passe aussi en faisant découvrir. Beaucoup ne connaissent pas et sont surpris du niveau des gestes techniques des joueuses etc. À force de la rendre accessible partout, que les filles puissent jouer beaucoup plus facilement, on va venir à bout des stéréotypes !

Un message pour de futures joueuses ?

Soyez fières de vous, le football peut vous apporter énormément dans la vie. Et peu importe qui vous êtes : fille, garçon, le football a besoin de tout le monde ! Ce qui compte avant tout c’est le jeu. Rien d’autre.

Emma Razafimahefa

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.