Catégories

ENQUÊTE 1/3 : L’évolution du football féminin en France

Le football féminin est un sport qui séduit de plus en plus en France, mais cela n’a pas toujours été le cas. Entre sexisme, manque de reconnaissance et de considération, le football féminin a manqué cruellement de gratitude. Madam Sport a mené l’enquête pour remonter aux premières heures de ce sport, du commencement à son apogée, décryptage d’un sport populaire au féminin qui rentre petit à petit dans les mœurs.

Un premier élan rapidement stoppé par le sexisme

La première équipe de football féminin française apparaît en 1917 au sein du club omnisport « Féminina Sport » à Paris. Petit à petit des clubs féminins se créent un peu partout en France jusqu’à la création d’un championnat de France organisé par la Fédération des sociétés féminines sportives de France (FSFSF) en 1921. Mais cette compétition féminine se heurte rapidement au sexisme et manque cruellement de reconnaissance, beaucoup jugeant ce sport non adapté aux femmes et décrédibilisent l’action féminine. Dans les 20, malgré la création d’une équipe de France féminine et un match face à l’Angleterre devant plus de 25 000 spectateurs à Manchester, le football féminin est en crise. Les nombreux détracteurs critiquent le manque de professionnalisme ou estiment que les femmes ne sont pas à leur place sur un terrain de football. Le championnat de France est abandonné en 1932. Ils auront finalement le dernier mot puisque le football féminin disparaît à petit feu, le régime de Vichy l’interdisant en 1941.

Le début d’une renaissance

En 1968, Pierre Geoffroy, journaliste pour un journal local des Ardennes, décide d’organiser pour la fête du village afin d’attirer les foules, un tournoi de football féminin. Beaucoup de femmes répondent présentes, l’évènement est un succès et l’équipe féminine de Reims se maintient. C’est le début de la renaissance du football féminin français. Le stade de Reims devient petit à petit une référence dans ce milieu. En 1970, le football féminin est reconnu officiellement par la FFF (Fédération Française de Football), on compte alors 2000 licenciées en France. L’année d’après l’Equipe de France féminine joue son premier match contre les Pays-Bas avec Pierre Geoffroy comme sélectionneur. L’équipe est composée principalement de rémoises. Le Stade de Reims est le meilleur centre de formation à la fin des années 60. Mais le sexisme est omniprésent à cette époque. Beaucoup ne comprennent cet engouement féminin et restent sceptiques à cette pratique :

Le football : jouer et faire changer les mentalités

Mais comme toujours, les femmes se battent pour prouver leur légitimité et leur détermination malgré le manque de considération de la part des institutions footballistiques. Le nombre de licenciées augmentent d’années en années et le football féminin se démocratise malgré des clichés persistants. En 1974, le championnat de France renaît de ses cendres et est remporté par le club de Reims la première année. En 1982, l’UEFA organise la première Coupe d’Europe. Des Coupes du Monde sont également organisées en 1971, 1978 et 1988 mais sont « non-officielles » car elles ne sont pas reconnues par la FIFA, il faudra attendre 1991 avant que la FIFA s’intéresse vraiment à cette compétition. L’investissement des joueuses payent, et certaines personnalités se révèlent comme Marinette Pichon ou Corinne Diacre lors du premier Euro de l’Equipe de France en 1997, ainsi que leur sélectionneur, fervent défenseur du football féminin : Aimé Mignot. Des joueuses qui donneront un nouveau souffle et démontreront les forces du football féminin à venir.

Image à la Une : Ashley Williams/ Pexels

Pauline Frayssou

Vues:
367
Catégories de l'article:
Le Club

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Leave the field below empty!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.