Catégories

ENQUÊTE 3/3 : L’évolution du football féminin en France

C’est en comparant le début du football à la situation actuelle qu’on se rend compte que les mentalités changent et la situation évolue. Plus de budget, des personnalités charismatiques et engagées, le football féminin rentre petit à petit dans les mœurs et c’est une bonne nouvelle pour tout le football français.

Des figures emblématiques

Que ce soient des joueuses, des entraîneuses ou des arbitres, le football féminin regorge de son lot de personnalités influentes qui ont un rôle important dans l’évolution du football féminin. Des femmes comme Eugénie Le Sommer, Wendie Renard ou Amandine Henry, ont créé des vocations chez certaines joueuses et sont devenues de vraies références dans le football féminin moderne. Brigitte Henriques par exemple, ancienne joueuse, est devenue vice-présidente déléguée de la FFF ou Laura Georges, ancienne défenseure centrale de Lyon, est quant à elle, secrétaire générale de la FFF. Ce sont des (anciennes) joueuses qui continuent de se battre pour leur sport et pour leur reconnaissance. Du côté des arbitres, Stéphanie Frappart est devenue une pionnière et permet d’ouvrir la voie à de nouvelles perspectives pour l’arbitrage féminin dans des compétitions internationales masculines. On voit aussi apparaître en 2018, la création du ballon d’or féminin, un nouveau pas pour la reconnaissance de la discipline avec une portée symbolique, remporté par Ada Hegerberg en 2018 et Megan Rapinoe en 2019.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Wendie Renard (@wendie_renard)

L’intervention de la FFF

Avec son plan économique pour soutenir et dynamiser le football féminin français, la FFF mise sur la formation d’éducatrices et d’arbitres et souhaite valoriser les postes à responsabilités dans les clubs ou dans les grandes instances. Les premiers résultats sont très clairs : le nombre de licenciées en France ne fait qu’augmenter depuis, et les très bonnes audiences de l’Equipe de France sont plus qu’encourageant pour la suite. La ferveur des grands matchs de l’Equipe de France est bien installée depuis quelques années et compte bien rester pour un bon bout de temps. La FFF se lance également dans la professionnalisation de ses arbitres féminines pour huit d’entre elles (arbitres centrales et assistantes) et compte développer davantage ce processus. La France doit également rattraper son retard pour rivaliser avec les championnats étrangers comme la première division espagnole féminine ou toutes les joueuses sont professionnelles à la différence de la D1. Ce genre de contrat permettrait d’améliorer le niveau des joueuses (certaines d’entre elles ont un travail à côté, elles ont donc moins de temps pour les entraînements) et de valoriser leur sport.

Que ce soit pour le football féminin ou dans n’importe quel autre domaine, les femmes ont toujours dû se battre pour obtenir leur dû, mais le travail paye et avec le temps, les efforts seront récompensés. L’avenir du football féminin est plus qu’assuré.

Pauline Frayssou

Vues:
340
Catégories de l'article:
Le Club

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Leave the field below empty!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.