Dans un communiqué, Lattes-Montpellier a annoncé qu’il ne se déplacera pas en Russe pour son quart de finale de l’Euroligue.

En raison de l’épidémie de coronavirus qui secoue en ce moment le monde, et donc les compétitions sportives, les dirigeants de Lattes-Montpellier ont décidé de renoncer au déplacement des joueuses en Russie pour disputer le quart de finale de l’Euroligue face à Ekaterinbourg.

Qualifiées pour la première fois de son histoire pour les quarts de finale de l’Euroligue, les Héraultaises étaient attendues mercredi en Russie. Le club renonce à ce déplacement pour des raisons sanitaires. Franck Manna, le président de Lattes-Montpellier, a rappelé les mesures prises par la ville de Moscou, qui impose à tous les voyageurs venant de France (et d’autres pays touchés par l’épidémie) 14 jours d’isolement. Ce qui rend impossible de jouer un match.

« À cette heure nous ne pouvons que prendre acte de la décision de Moscou et suivre à la lettre les recommandations de l’Ambassade de France à Moscou. Cela signifie un renoncement contraint, malgré nos ambitions sportives et la passion qui nous anime. L’état de fait qui s’impose à nous constitue un cas de force majeure et il n’est pas envisageable que nous passions outre et prenions le risque de voir notre délégation, qui comporte une joueuse mineure, non seulement retenue en isolement mais encore trop exposée à des risques de contamination à ce virus méconnu. »

Franck Manna

Sportivement Lattes-Montpellier risque une sanction de l’instance mais rien n’est sûr. Le problème se posera également pour Lyon-ASVEL qui doit affronter les Russes de Nadezhda le 18 mars prochain à Orenbourg.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici