Catégories

ATHLÉTISME SPORT ADAPTÉ Nawa Adama :  » Une championne du monde qui vise toujours plus haut ! « 

Le sport adapté permet tout simplement la pratique sportive pour les personnes en situation d’handicap mental ou psychique. La fédération française du sport adapté compte aujourd’hui plus de 65000 licenciés. Parmi ces 65000 sportifs, Nawa Adama en fait partie et représente l’athlétisme. Championne régionale, championne de France et même championne du monde, rencontre aujourd’hui avec cette jeune athlète déjà bien expérimentée.

 

Tout d’abord, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Nawa Adama, j’ai 21 ans, je fais de l’athlétisme à la J.S.Allonnes à côté du Mans, depuis que j’ai 6 ans.

Je suis championne du monde sur 100m au Global Games à Brisbane en 2019 et Vice-Championne du monde du 60m et du 200m en salle à Torun en Pologne en 2020.

Et au niveau professionnel, je travaille dans une chocolaterie à l’ESAT du circuit au Mans.

 

Qu’est-ce qui te plaît dans l’athlétisme ? Qu’est-ce que ça t’apporte dans ta vie ?

Dans l’athlétisme, j’aime courir, faire des compétitions, gagner des courses, m’entrainer avec mon groupe d’entrainements. Je m’entraine trois fois par semaine.

L’athlétisme m’a notamment permis de voyager (Australie, Turquie, Pologne).

 

Il y a quelques années, tu t’es spécialisée dans le sprint. Pourquoi ?

Je me suis spécialisée dans le sprint vers 16 ans, avant je pratiquais toutes les disciplines de l’athlétisme. Je me suis spécialisé car j’aime courir très vite.

 

En 2019, tu participes aux Global Games, ce qui correspond aux Jeux Olympiques pour les personnes en situation d’handicap mental. Quels ont été tes résultats ?

J’ai été championne du monde du 100m, vice-championne du 4x100m et 3ème sur le 4x400m.

 

Qu’est-ce que ça fait d’être championne du monde ?

Ça fait bizarre parce que je pensais que je n’étais pas capable de réaliser cela. J’ai eu beaucoup d’émotions sur le podium quand j’ai entendu la Marseillaise.

Je suis très fière de ce que j’ai fait. Quand la course s’est finie, je ne savais pas que je l’avais gagné. Mon entraineur de l’équipe de France, Frédéric Drieu, m’a dit que j’étais Championne du Monde et j’ai eu des frissons.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Nawa Adama (@nawa_adama)

À quelles compétitions importantes as-tu participé dernièrement ? Quels résultats as-tu fais ?

En 2020, j’ai fait les championnats du monde en salle à Torun en Pologne.

En 2021, je suis sélectionnée pour les Championnats du Monde en Pologne mais je me suis blessée au mollet et j’ai dû déclarer forfait.

J’ai été sélectionnée pour les Championnats d’Europe en Salle à Nantes cette année. Malheureusement, j’ai fait un faux départ sur le 60m et j’ai été disqualifiée. Sur le 4x400m, je suis tombée et me suis fait une grosse entorse.

Début juillet, je pars à Vichy pour les Championnats de France Para-athlétisme. Je suis engagée sur 200m et 400m. Je ne serai pas la seule engagée de la JSAllonnes, Théo Guillois m’accompagnera sur le 800 et le 1500m. À Vichy, mon objectif sera déjà de reprendre la compétition, de me rassurer après les blessures et effacer un peu la déception de mon forfait pour les championnats du monde et de ma chute et ma disqualification au Championnat d’Europe.

 

Ton entraîneur, Xavier Lehérissier, te suit depuis que tu as commencé l’athlétisme. Quels sont les avantages et les inconvénients d’avoir le même entraîneur depuis tes débuts ?

Il n’y a pas d’inconvénients.

Je pense que grâce à Xavier je suis plus forte. Il me connait par cœur, il sait quand ça va et quand ça ne va pas. Il m’accompagne toujours, me soutient dans la vie de tous les jours.

Xavier m’a toujours accompagné mais je n’oublie pas Laétitia Fresnay qui a été mon premier coach et Valentin Hubert Bouvier qui m’a entrainé quand je suis passée Cadette, car Xavier entrainait, à l’époque, les plus jeunes.

 

Tu n’as jamais quitté ton club d’enfance, pourquoi ce choix ? Quel rôle la JS Allonnes a-t-il joué dans ton ascension ?

Parce que j’ai toujours habité sur Allonnes. Je ne sais pas si j’aurai continué le sport si j’avais dû changer de club.

Le club a joué un rôle important dans ma progression. J’ai toujours été soutenu. Je ne serai pas là où j’en suis sans mon groupe d’entrainement et les entraineurs que j’ai eu.

Tu as récemment obtenu le diplôme « d’initiateur Athle sports adaptés ». En quoi consiste-t-il ?

Ce diplôme va me permettre d’entrainer des enfants à l’athlétisme, au sein de mon club. Je suis fière de ce diplôme. Je suis bénévole à la JS Allonnes, dans l’encadrement, des enfants depuis 6 ans avec Cyril Fleury.

 

Aussi impliquée dans sa carrière que pour aider les autres, Nawa permet à des jeunes sportifs de croire en leurs rêves dans leur discipline, comme ce qu’elle a fait elle-même.

Son palmarès en athlétisme est déjà bien étoffé. Mais à 21 ans, le plus beau reste à venir pour la jeune sarthoise.

 

Image à la une: Nawa Adama, Crédit-photo: JSAllonnes

 

Lucas Jariais.

Vues:
477
Catégories de l'article:
Le Club

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Leave the field below empty!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.